Home Contact De Fr En
Expéditions Les Suisses dans l'Himalaya Recherches Jubilé
SFAR-Expéditions:
Himalaya 1939
Himalaya 1947
Sahara 1948
Himalaya 1949
Karakoram 1947
Garhwal 1950
Baffin Island 1950/53
Everest 1952
Printemps

Automne

Everest/Lhotse 1956
Photos historiques
Expédition 1952

Expédition 1956

Expédition bénéficiant du soutien de la FSRA Everest en automne 1952

Extrait de: Fondation Suisse pour Recherches Alpines de 1939 à 1970. Publié en 1972 à Zurich


Participants: Dr méd. Gabriel Chevalley, médecin et directeur de l’expédition; Raymond Lambert, guide de montagne en chef; Jean Buzio; Gustave Gross; Ernst Reiss; Arthur Spöhel; Norman G. Dyhrenfurth, caméraman.

Résultats: ascension de la crête sud-est de l’Everest jusqu’à une altitude de 8100 mètres. Reconnaissance du glacier Lhotse. Expériences météorologiques importantes. Tournage de films illustrant l’expédition. Matériel photographique complet.

 

Après s’être assurée l’autorisation pour une seconde ascension de l’Everest et suite à la nouvelle lueur d’espoir suscitée par les expériences vécues au cours de l’expédition du printemps, l’expédition d’automne fut mise sur pied, au retour des participants à la mi-juillet. Etant donné que l’autorisation pour l’année à venir avait déjà été attribuée aux Britanniques, on tenta une dernière chance. La nouvelle expédition devait profiter des expériences antérieurement vécues. Le Dr Gabriel Chevalley et Raymond Lambert furent les seuls membres du groupe précédent en mesure de participer au voyage. Alors que Chevalley fut nommé directeur et médecin de l’expédition, Lambert occupa le poste de guide de montagne en chef.

 

Les Suisses romands, Gustave Gross et Jean Buzio ainsi que les Suisses allemands Ernst Reiss et Arthur Spöhel avaient tous mené une brillante carrière d’alpinistes. En revanche, pour tout ce qui concernait la région de l’Himalaya, ils étaient encore inexpérimentés. Comme le temps nécessaire à la mise sur pied d’un groupe solide avait fait défaut, les meilleurs Sherpas allaient combler les lacunes. Par voie de conséquence, la seconde équipe n’était pas aussi soudée que la première et ne disposait pas de son irrésistible enthousiasme. La double fonction de directeur d’expédition et de médecin s’avéra peu favorable. L’équipement de la troupe se déroula en un temps record d’un mois seulement, bien que le volume de matériel nécessaire fût beaucoup plus considérable et ce, à cause des températures sensiblement plus basses. On emporta de nouveaux appareils et un nombre plus élevé de bouteilles d’oxygène.

 

Dès le début, l’expédition n’était malheureusement pas placée sous une bonne étoile. L’influence de la première expédition pesait lourd, bien que les conditions et la situation fussent très différentes. Malgré tout, les nouvelles expériences vécues étaient très précieuses. Le glacier du Lhotse serait apparemment accessible et permettrait même l’installation d’un camp. D’un point de vue météorologique, l’expédition a montré que la période climatique favorable s’étend sur deux à trois mois et offre certains avantages. Les régions supérieures réservent par contre des températures particulièrement basses accompagnées de tempêtes de vent d’une puissance hors du commun, ce qui rend toute ascension quasiment impossible.



Ernst Reiss, Tenzing Norgay, Gustave Gross, Norman Dyhrenfurth, Arthur Spöhel, Gabriel Chevalley.

Swiss Foundation for Alpine Research . Schweizerische Stiftung für Alpine Forschung . Fondation Suisse pour Recherches Alpines . Fondazione Svizzera per Ricerche Alpine
SFAR . SSAF . FSRA . FSRA