Alpinfo

Drucken

 

 

Prix Pro Montes 2018

 

Pour l’avenir du paysage culturel alpin

 

Le Prix ProMontes de la Fondation suisse pour Recherches Alpines a été décerné à Fribourg le 1er mars 2018 lors du congrès « Relève alpine » de la Commission interacadémique de Recherche alpine (ICAS).

 

La lauréate est Denise Binggeli*, étudiante à l'Institut de Protection de la Nature, du Paysage et de l'Environnement de l'Université de Bâle.

 

Dans son mémoire de Master consacré à la « Remise en culture réussie des paysages en terrasses désaffectés des Alpes tessinoises », Denise Binggeli a montré que l'initiative d'organisations tessinoises locales visant à revitaliser les vignobles et les herbages en terrasse avait permis de stopper la reforestation progressive, de réactiver la diversité des paysages et contribué à accroître la biodiversité. Denise Binggeli a évalué dans quelle mesure, dans le val Maggia, le Val Onsernone et le val Rovana, la diversité des plantes vasculaires sur les terrasses utilisées en permanence depuis un siècle se distinguait de celle des terrasses remises en culture depuis 10 à 15 ans seulement. La conclusion éminemment positive de cette étude est que pratiquement aucune différence n'a pu être établie en termes de diversité végétale - à condition que les terrasses ne restent pas en friche trop longtemps, car sinon les espèces caractéristiques des milieux ouverts sont évincées par des espèces tolérant l'ombre. Bien entendu, d'autres groupes d'espèces tels que les insectes, les reptiles et les oiseaux bénéficient également de la revitalisation des vignobles, prairies et pâturages traditionnels exploités de manière extensive des alpes tessinoises.

 

Les recherches de Denise Binggeli ont apporté la preuve scientifique que la remise en culture de surfaces désaffectées permet de mettre un terme à l'expansion progressive de la forêt et d'empêcher par là même la diminution de la diversité des espèces végétales.

 

Le Prix Pro Montes, doté de 3'000 francs, récompense le travail de cette jeune chercheuse en tant que contribution importante pour assurer l'avenir du paysage culturel alpin. La poursuite de ce projet de recherche peut faire l'objet, sur demande, d'un soutien supplémentaire de 20'000 francs.

 

* denise.binggeli@outlook.com

 

La Fondation suisse pour les Recherches Alpines tient tout spécialement à soutenir les recherches sur la manière d’assurer l'avenir des paysages culturels alpins car, à la différence
des paysages naturels de forêts et de marais des régions de montagne, ils ne sont pas suffisamment pris en compte par les programmes de protection de la nature existants.

Depuis le vingtième siècle, la région alpine a connu des bouleversements rapides. Les forêts de nos montagnes ont ainsi largement surmonté la surexploitation du XIXème siècle, et les plaines alluviales de l'étage alpin ont également bénéficié de mesures environnementales. Néanmoins, le paysage culturel traditionnel souffre jusqu'à aujourd'hui de différentes évolutions qui se sont fait jour au cours des dernières décennies. Le développement du tourisme et des transports a ouvert à la population des montagnes des perspectives de gains qui ont relégué la préservation des paysages au second plan. Le plus gros risque pour le paysage culturel alpin et le tiers du spectre de la biodiversité alpine qui en dépend émane cependant de l'existence ou de la non-existence de l'agriculture. D'une part, son intensification dans les espaces rentables conduit à la raréfaction des espèces. Mais d'autre part, l'arrêt de l'exploitation des surfaces agricoles, là où le manque d'emplois et la disparition des services publics favorisent l'exode rural, conduit également à un recul de la biodiversité suite à la recolonisation forestière.

Garantir l'avenir du paysage culturel alpin exige en conséquence un ensemble de mesures qui vont de l'initiative privée innovante au cadre législatif. La Fondation suisse pour les Recherches Alpines espère pour sa part pouvoir apporter sa contribution à la mise en place de ce train de mesures par de nouvelles connaissances issues des récents travaux de recherche.

Conformément à la finalité du PrixProMontes:

Diversité alpine au lieu de friche alpine!

 

 

 

Gagnants précédents du PrixProMontes:

PMP 2016: Benjamin Dietre, Dissertant am Institut für Botanik der Universität Innsbruck, avec: "Impact de l’agro-pastoralisme sur la biodiversité des paysages alpins de la Basse Engadine pendant les 10’000 dernières années"

PMP 2014: Christoph Schwörer, Dissertant am Oeschger Zentrum der Universität Bern, avec: "Drivers of Holocene Vegetation Dynamics in the Northwestern Swiss Alps"

PMP 2012: Aline Andrey, Dissertantin an der Universität Bern, avec:
"Effets à court terme de la fertilisation et de l'irrigation sur la biodiversité des prairies de fauche en milieu subalpin"